La jalousie est un sentiment qui peut s’avérer être très douloureux pour la personne qui la ressent, mais aussi pour l’entourage qui souvent ne comprend pas les comportements engendrés par cette jalousie. Que ce soit en couple, en amitié ou familial, il y a des moyens pour la comprendre et la surmonter.

Pourquoi on ne ressent pas la jalousie de la même façon?

D’où vient ce sentiment et pourquoi on ne le ressent pas tous de la même façon? Personne n’est égal devant les émotions, c’est ce qui nous rend unique. Notre caractère, notre éducation, notre histoire personnelle, tout contribue à nous différencier les uns des autres. La jalousie est une émotion/sentiment bref ou durable qui naît lorsque nous perdons quelque chose au profit de quelqu’un d’autre. Par exemple, nous sommes jaloux de la nouvelle amoureuse de notre ex. Un enfant est jaloux d’un camarade qui « s’approprie » son meilleur ami. Il y a toujours l’idée de retenir quelque chose qui s’en va. La jalousie peut aussi survenir sans une perte de quelqu’un mais plutôt parce qu’on voudrait être une autre personne et avoir ce qu’elle a. Son apparence physique, son argent, son succès professionnel, ses amis, sa famille, son couple…tout ce que l’autre possède qu’on n’a pas et qu’on désire peut donc nous rendre jaloux de notre meilleur(e) ami(e). Pourquoi ne pas prendre exemple sur cette personne pour vous améliorer vous-même au lieu de vous apitoyer sur votre sort? Par exemple si vous trouvez qu’une amie est beaucoup plus mince que vous, alors arrêtez de manger mal et allez faire de l’exercice!

Un sentiment comme un autre

La jalousie est un sentiment comme un autre, ce n’est pas une pathologie. Ce qui peut devenir pathologique, c’est l’incapacité à la gérer, menant à des comportements violents. La possessivité et le contrôle sont souvent les réponses comportementales que donne le jaloux à ce qu’il est en train de vivre : par peur de perdre, il va contrôler davantage.
Difficile de dire d’où vient la jalousie, mais le plus souvent elle provient d’un grand manque de confiance en soi et est étroitement liée à la dépendance affective. Si elle n’est pas prise en charge, elle prend de plus en plus de place. Par exemple, si notre conjoint est jaloux, on va limiter nos sorties et toutes les occasions qui pourraient faire naître une crise chez lui… de sorte qu’il va encore plus vouloir contrôler et surveiller. Pour éviter cela, il ne faut jamais donner suite aux tentatives de contrôle et de manipulation du jaloux, car cela envenime la situation.
Précisons que les hommes et les femmes ne vivent pas la jalousie de la même manière. Les femmes sont davantage jalouses d’un possible sentiment de leur partenaire vis-à-vis d’une rivale, alors que les hommes le sont d’un possible acte d’infidélité (un rapport sexuel).

Surmonter la jalousie, c’est apprendre à se débarrasser de ce sentiment ou le contrôler?

Ni l’un ni l’autre! On ne se débarrasse pas des émotions et on ne les contrôle pas non plus. On ne peut que contrôler nos actions et apprivoiser nos émotions. Cela signifie qu’on ne se laisse plus guider par l’émotion. On la ressent, mais on lui donne la suite que l’on choisit.
Ainsi, les jaloux ont tendance à surveiller leur partenaire (lire ses messages, fouiller ses poches, le faire suivre, etc.), à restreindre ses contacts avec autrui et l’isoler (« Ne va pas voir ta mère, elle dit des méchancetés sur moi !« ) et au final à le dévaloriser pour l’empêcher de voir d’autres personnes (« De toute façon, avec ton physique, je ne cours pas un grand risque…« ). Tous ces comportements sont évidemment contre-productifs.I Ils finissent par faire fuir les gens plutôt que de nous les attacher.
Surmonter la jalousie, c’est apprendre à vivre avec sans lui donner suite. La ressentir, mais sans poser de gestes « névrosés ». On pourrait dire qu’il s’agit de « dépotentialiser » la jalousie.

Conseils pour surmonter ce sentiment désagréable

Le premier point est de comprendre que la jalousie appartient à celui qui la vit. Elle n’a pas à être attribuée à quelqu’un d’autre. Il faut être catégorique sur ce point! C’est également le cas pour la violence. Peu importe ce que l’autre me fait, je reste maître de mes réactions (et je dois en assumer la pleine conséquence).
Du moment que l’on a accepté la jalousie comme un sentiment en nous, nous pouvons l’explorer. De quoi ai-je peur exactement? Pourquoi? Est-ce réaliste? Et que se passerait-il si mes craintes s’avéraient fondées?
Ensuite, il est crucial de ne pas s’adonner aux comportements qui rassurent dans un premier temps, mais qui pourrissent la relation dans un deuxième : surveillance, contrôle, restriction des contacts, dévalorisation.

La confiance en soi est de mise

Une autre chose très importante est que les personnes souffrant de jalousie doivent absolument travailler sur leur confiance en soi et faire des efforts pour s’améliorer eux-mêmes.
C’est ainsi que nous pouvons apprendre à ressentir la jalousie, mais sans succomber à la tentation. « Ok, je suis jalouse que tu sortes manger avec ton ex, mais je te souhaite une bonne soirée et je ne voudrais pas que tu y renonces. » Car ce n’est pas le ressenti qui fait problème, mais bien les actions qui suivent.

Donc si vous vous sentez appelé(e) par cet article, n’hésitez pas à nous contacter pour prendre rendez-vous avec l’un de nos professionnels qui identifiera votre point de départ.

Sources : https://www.journaldesfemmes.fr/couple/conseils-amoureux/1520883-comment-surmonter-jalousie/

Yves-Alexandre Thalmann, Psychologue

https://www.journaldesfemmes.fr/couple/conseils-amoureux/1520883-comment-surmonter-jalousie/

https://www.cosmopolitan.fr/,amitie-et-jalousie-comment-gerer,1905060.asp